Trois heures du matin, dans un petit passage du bois de Boulogne, je suis une petite transsexuelle de 18 ans qui travaille pour se payer l’opération ultime. Cela fait désormais un an que je prends des hormones, mon corps devient de plus en plus féminin, j’espère bien un jour que je pourrais me payer une vraie chatte comme toutes les femmes. En attendant, il faut que je gagne de l’argent, et alors que jusqu’à présent je n’avais fait aucun client, une grosse Mercedes noire s’arrête à ma hauteur. Un mec plutôt beau gosse ouvre la fenêtre, et me demande d’approcher.

– Tu me parais bien jeune me dit-il quel âge as-tu ?
– j’ai 19 ans. Ne t’inquiète pas je suis majeure.
– Tu es certaine ? Et comment est-ce que tu vas me le prouver ?
– C’est simple lui répondis-je, tu n’as qu’à me laisser m’occuper de toi, et tu verras bien que j’ai déjà de l’expérience. Pour le convaincre, je me penche pour essayer de lui montrer mes petits seins sous mon haut largement ouvert..
– En tous les cas, tu es ravissante, et j’aimerais vraiment bien m’amuser avec toi. Tu as l’air d’être une vraie petite salope.
– Je connais un endroit calme un peu plus loin, on va pouvoir s’amuser sans tabou.
– OK, monte, j’ai vraiment trop envie de te baiser.

C’est ainsi que moi, Aurélia, petite transsexuelle de 18 ans c’est le tour de sa grosse voiture pour m’asseoir à ses côtés. Il est vraiment charmant, mais surtout il a l’air joyeux, et il a surtout très envie de baiser. À peine assise la porte refermée, je passe la main sur son pantalon, et je constate une bosse vraiment très dure à l’intérieur.. J’en suis flattée.

– dis donc, tu es déjà très excité mon petit cochon.
– Tu m’étonnes, tu me fais bander comme un ane tellement tu es excitante avec ton petit Cul.
– alors un peu plus loin, tu tourneras sur la droite.
– Franchement je n’ai pas très envie de le faire en voiture comme ça au risque de me faire surprendre par les flics. J’ai une chambre d’hôtel un peu plus loin à la porte Maillot, alors si tu veux, je t’y emmène et je te propose 250 € pour au moins 2 heures. Est-ce que ça te va ?
– OK mon mignon, ça me va.


C’est alors qu’il longe la grande avenue qui traverse le bois, puis introduit dans le parking souterrain de l’hôtel, et une fois dans l’ascenseur, il commence déjà à me tripoter. Je le sens vraiment très chaud, et moi pour une fois, j’ai l’impression d’être la Pretty Woman du troisième sexe.

Une fois dans sa chambre, j’adapte vraiment le comportement d’une pute, car j’ai envie lui de le chauffer un maximum. Je le regarde d’un air provocateur, en remuant mon petit Cul, c’est efficace puisqu’il plaque ses mains directement dessus. Je fais ma petite mijaurée, et me retourne pour l’embrasser à pleine bouche.

– Tu es vraiment un galopin, mais cela me flatte de savoir que mon petit cul te fais de l’effet.
– tu m’étonnes, et ne t’inquiète pas, je vais faire un peu plus ce que de le tripoter.
– Mais j’espère bien mon cochon, mais avant tout, n’oublie pas mon petit cadeau.
– Tiens ma chérie puisque tu as l’air d’est une vraie pute coquine et sympathique, je te donne 300 €.
– Merci, tu es si chou, lui dis je en l’embrassant tendrement.

En général, les clients m’amènent dans un coin du bois contre un arbre, certains n’arrivent même pas à bander , tandis que d’autres ont déjà éjaculé après seulement quelque va-et-vient. Quelque part ça m’arrange bien, car ce n’est pas drôle non plus de se faire démonter le cul avec force par des pervers. Mais avec lui, tout est différent, et même si c’est un mec viril, je sens vraiment qu’il a du respect pour moi.

C’est ainsi que sont je glisse entre mes cuisses, et que je me frotte lascivement contre lui. Nous nous embrassons d’une manière torride, j’en profite pour lui retirer la cravate, c’est pour ouvrir sa chemise afin de découvrir son torse légèrement poilu. De son côté, il ne tarde pas à me retirer le soutien-gorge et à le jeter de l’autre côté du lit. Un peu interloqué, il regarde mes petits tétons , et me demande :

– Mais dis donc, cela ne fait pas longtemps que tu es hormonée ?
– je vois que monsieur est connaisseur, c’est vrai, cela fait une année, mais il faut attendre un peu plus pour que la poitrine se forme.
– Ne t’inquiète pas, je te trouve tellement ravissante que j’ai très envie de toi. Et puis je préfère les filles avec des petits seins.
– Attend ne bouge pas, que j’enlève ma jupe, comme ça tu pourras me dire ce que tu penses de mon corps.

J’ai l’impression d’être dans un film, et me voilà ainsi à lui faire un strip-tease langoureux. Lentement mais sûrement, je fais glisser mon string le long de mes jambes qui tremblent un peu, cachant mon petit sexe entre mes cuisses, que je me retourne pour lui faire voir mes fesses appétissantes. Je vois vraiment de l’envie dans ses yeux, et c’est ainsi que je me retourne afin de lui dévoiler ma petite queue. Il s’approche de moi, caresse mon cul chaudement, tandis que j’en profite pour lui ouvrir le pantalon et le PC le long de ses jambes. Je comprends qu’il est vraiment excité, et ne pouvant le laisser dans cet état, je lui retire le slip pour découvrir un sexe bien dur.

– Tu es vraiment une belle petite salope, j’ai hâte de découvrir comment tu suces.
– Dis donc, tu es bien pressé mon mignon, mais ne t’inquiète pas, je vais te faire ça comme il faut.

De son côté, il se rapproche tout contre moi, puis pose sa main virile sur mes petites noix qu’il caresse avec fougue.

– Attention, ne va pas les écraser, elles peuvent encore me servir à quelque chose.
– Ne t’inquiète pas ma jolie, je ne vais pas te faire mal, je veux juste te stimuler comme il faut, car ce soir avec moi tu vas éjaculer. Et puis ne me dis pas que tu n’as pas l’habitude de te faire un peu bousculé.
– C’est vrai, mais tu n’arriveras jamais à me faire éjaculer.

C’est alors que je commence mon métier de jeune pute, et que je pose ma bouche juste contre son sexe. Le bout de son gland est déjà mouillé, alors d’un coup de langue, je lui nettoie tout ça. Il n’a pas dû se laver juste avant d’arriver au bois, car son sexe sans être vraiment sale a un peu de blanc odorant. C’est alors que j’entrepris de le nettoyer avec ma bouche, et en quelque va-et-vient, il est déjà tout propre.

– Mais dis donc, tu me fais vraiment bander comme un taureau. Les petites chiennes comme toi, je les attrapais je les retourne dans tous les sens. Tu vas voir quand je vais commencer à te démonter le cul, tu vas crier, tout Paris va t’entendre.

Cela me fait toujours tout drôle de me faire insulter, je dois dire que dans le feu de l’action, c’est excitant. Maintenant, je dois vraiment assurer, car je l’ai allumé comme cela ne m’est pas arrivé depuis longtemps. Je vais lui montrer comment je peux le faire jouir en moins de 10 minutes.

Je lui caresse donc les boules qui sont de plus en plus dur, et je laisse glisser ma langue le long de sa verge pour lui faire apprécier mes talents de suceuse. À cet instant, j’entends un souffle sortir de sa bouche, et je vois que ces cuisses commencent à vibrer. Il est tendu comme un string, j’ai même l’impression que son sexe n’arrête pas de grossir. C’est donc ainsi que j’accélère le rythme, tandis que de son côté il commence à me baiser la bouche.

– Dis donc, tu es vraiment une suceuse experte, ça promet. Il me tarde de m’occuper de ton petit Cul.

C’est alors qu’il me soulève comme une plume, et me pose sur le lit comme un amant. Avec lui j’ai envie de me laisser faire, et c’est fou ce que jee peux apprécier de sentir sa main sur mon corps. Je suis offerte à toutes les caresses qu’il peut me faire, et je dois dire qu’il est plutôt doué de ses doigts. Normalement, j’arrive à peine avoir une érection, mais avec lui mon sexe est déjà un peu tendu. Je n’en fais pas, car je sais que je n’arriverai jamais à éjaculer, mais je le laisse croire. Toujours est-il que je frissonne de plaisir en le regardant droit dans les yeux en train de sentir ses mains sur ma verge.

– Continue de me caresser, j’aime tellement ça.
– Mais je vois que tu aimes les caressses dis donc, je vais te cajoler délicieusement avant de te faire couiner.
– C’est tellement bon, c’est moi vibrer de tout mon corps, je te dévoilerai l’un de mes talents secrets.
– Jamais je n’ai été aussi excité avec une transsexuelle, et pourtant, Dieu sait si j’en connais pas mal au bois de Boulogne. Tu sais, il m’arrive souvent de faire le tour pour me trouver une bonne chienne, et pour me vider les burnes rapidement. Mais avec toi tout de suite, j’ai senti que je pouvais t’emmener à l’hôtel, car tu n’es pas comme les autres.
– Ça me fait vraiment plaisir ce que tu mme dis, continue de me toucher. S’il te plaît, enfonce moi un doigt dans le cul.
– Je dois être un peu pervers pour me laisser séduire par une fille comme toi. Car ce qui t’intéresse ce n’est que l’argent.
– Non, avec toi c’est différent, c’est tellement agréable de sentir tes mains qui effleurent mes cuisses. Branle moi.

Alors que je m’y attendais le moins, il fait des va-et-vient sensuels avec ses mains sur ma queue, et enfonce enfin son premier doigt dans mon Cul. J’essaye de lui faciiliter la tâche, en écartant légèrement les jambes, et en remontant mon pubis. Même si mon anus porte les stigmates de nombreuse pénétration anale, il n’est pas gêné, et continue de trifouiller l’intérieur de mon corps.

– Tu me rends folle de plaisir, continue d’enfoncer ton doigt, je le sens sur ma boule de plaisir.

C’est alors que son visage glisse le long de mon corps, et qu’il commence pour la première fois de la soirée à engloutir ma verge dans sa bouche. Cette fois-ci, j’ai vraiment une érection de folie, c’est simple depuis le début de mon traitement, je n’ai jamais bandé pareille. En plus, il me stimule la prostate comme un expert, et le liquide commence à couler de mon gland. Au fond de moi je suis toute brûlante, je commence à me tortiller du Cul, et tandis que son doigt appuie sur ma prostate, je me mets à crier comme une petite salope. Il a bien compris ce qui pouvait me faire plaisir, et il continue ainsi de me masturber de l’intérieur tout en suçant.

– Mais dis donc, je te fais de l’effet ma chérie, tu mouilles.
– Je te promets, tu es vraiment un ange, jamais je n’avais ressenti autant de plaisir depuis longtemps.
– Ça me ferait vraimennt plaisir de mon côté que tu arrives à éjaculer. Ce serait une reconnaissance pour moi.
– Vas y , continue de me sucer, mais surtout laisse bien un doigt dans mon Cul. Et dis-moi que tu vas me baiser.
– Ne t’inquiète pas. Plus tard je vais t’enculer comme il faut. Mais c’est moi qui décide.
– Sinon tu vas me punir ?
– Oui, je vais te punir. Est-ce que tu aimerais que je te fouette les fesses.
– J’adorerais.
– Tu caches bien ton jeu quand même car même si tu est une petite allumeuse, je ne pensais pas que tu es aussi loin avec un client.
– Vas-y, fais-moi l’amour, c’est moi mal, je ne veux plus entièrement que jusqu’au bout de la nuit.
– Tu es une véritable vicieuse.

J’ai bien du mal à contenir mes émotions. Il me fait quand même un peu mal au cul, mais d’un autre côté, j’ai tellement envie de jouir. Je suis partagée entre l’envie de me branler jusqu’à l’orgasme, ou bien l’envie de lui offrir les fesses à quatre pattes. Je ne sais plus quoi faire, mon corps frémit dans tous les sens. Il y a même des convulsions qui naissent dans tout mon corps. Et je mouille comme une fille.

C’est ainsi qu’il relâche un peu la pression, je bande maximum, et il replonge ses doigts à l’intérieur de mes fesses. Maintenant que je suis bien dilatée, c’est beaucoup plus agréable, et je mouille de l’anus comme de la verge. J’ai tellement envie qu’il enfonce sa queue à l’intérieur de moi. De son côté il bande très fort aussi, et lorsque je vois son gland dilaté, je rêve de la voir au fond de moi. Mais il n’est pas du genre à se jeter comme ça. Il prend le temps de me faire frémir, et reprend une branlette sur moi. Je sens le plaisir qui monte, ses doigts sont de plus en plus humide de sa liqueur qui s’échappe de mon corps, et j’ai même le droit d’y gouter puisqu’il me fait lécher ses mains.

– Le moment est venu, ouvre-moi ton Cul.

C’est alors que je me cambre légèrement, j’écarte mes fesses de mes mains, et je le sens en train de me bouffer la rondelle comme jamais. Il glisse même sa langue à l’intérieur de mon puits d’amour. Cette fois-ci, il y va franchement. Trois doigts sont déjà renforcés dans mon conduit rectal, et tandis que je bande de plus en plus fort, il enfile rapidement un préservatif sur sa puissante bite.

Tandis que je suis lubrifiée naturellement comme une fontaine, pas besoin d’un artifice, mon amant du soir me présente sont membre royal qu’il enfonce comme un énorme pieu dans mon anus. À cet instant, je suis totalement comblée comme une reine, j’ai l’impression d’être sa femme et de m’offrir à lui comme une mariée. Il est aussi excité que moi, et après le troisième va-et-vient, mon sperme gicle abondamment sur mon corps. J’en ai plein le ventre, lorsque le troisième jet de sperme atteint le haut de mes seins. Un large sourire s’observe sur son visage, tandis qu’il continue de me dilater l’anus.

– Merci ma belle, c’était vraiment formidable de te voir jouir comme ça.

J’entends à peine ce qu’il me dit, je suis sur un petit nuage, avec des étoiles plein les yeux, j’ai tout juste le réflexe de contracter mon sphincter pour lui stimuler la queue.

– à moi maintenant de m’occuper de toi, je veux te rendre pleinement heureux. Il faut que je te rende le plaisir que tu m’as offert, tu sais qu’il en faut vraiment pour me faire éjaculer. Depuis un an, je crois que c’est le plus bel orgasme que l’on m’a offert. Baise moi.

C’est alors qu’il attrape mes jambes pour poser ses chevilles sur ses épaules, j’essaye de les écarter le plus possible pour sentir ses va-et-vient à l’intérieur de moi. Il est doux, tendre, puisqu’il va lentement pour me sodomiser, c’est une sensation merveilleuse. Si tous les hommes pouvaient être comme lui. Je ferme les yeux, j’apprécie ce qui m’arrive, et je ne contrôle plus rien.

Petit à petit, il accélère le rythme, et tandis que j’ai toujours les yeux fermés, je le sens se retirer de moi puis soudainement, un liquide chaud atterrit sur mes lèvres. Le petit coquin, il ne m’avait pas prévenu, mais c’est tellement agréable de sentir son sperme sur mon visage. Et comme une surprise n’arrive jamais seul, il vient poser ses lèvres sur les miennes pour m’embrasser avec son liquide entre nous. À cet instant, il n’est plus mon client et je ne suis plus sa pute, nous ne sommes qu’un.

Write A Comment