Nous sommes en 1990, je viens d’avoir 17 ans, et ce matin-là du mois de mai, je ne suis pas vraiment pressé d’aller en cours. En effet, j’ai entendu dire que le professeur d’histoire va nous donner un exposé à réaliser, et que c’est lui-même qui va choisir la personne avec laquelle on va être. Dès le début du cours, il nous parle de l’exposé, et nous dit que dans chaque binôme, il y aura un garçon et une fille. Moi qui est très timide, je me sens déjà moyennement bien.

J’espère vraiment que je vais être avec une fille qui ne va pas trop m’intimider. Alors qu’il commence à énumérer les binômes, je vois que la plupart des filles avec qui j’aurais aimé être sont déjà prises. Et quand vient mon nom, c’est avec Justine que je serai. Mes copains se retournent sur moi avec un grand sourire, déjà, j’ai les jambes qui tremblent, le cœur qui bat un peu plus vite que d’habitude. Justine ce n’est pas n’importe qui, c’est tout simplement la plus belle fille du lycée. Une blonde sublime avec une poitrine généreuse dont tous les mecs ont envie de sortir avec. Mais comment donc vais je faire moi qui est si timide pour arriver à faire un exposé avec elle.

Heureusement, elle est un peu plus entreprenante que moi, et nous fixant une date ensemble. Ce sera donc chez elle mercredi prochains après-midi après les cours, et je pourrais même déjeuner avec elle si je veux.

Les jours passent, et nous voilà le fameux mercredi après les cours. Vers 14 heures, j’arrive chez elle un peu timide, et elle m’ouvra dans une tenue absolument sublime. Elle s’était changée depuis les cours du matin, il faut dire que ce jour-là, il ne fait pas loin de 30°, c’est pourquoi elle a revêtu un petit short moulant avec un haut blanc plutôt décolleté. À cet instant, je me dis que ça va vraiment être difficile de me concentrer.

Elle habite une grande maison, qu’elle me fait visiter brièvement, avant de nous mettre à travailler sur ce foutu exposé d’histoire. Pendant plus d’une heure, on travaille plutôt bien, même si j’ai du mal à détourner mon regard de son décolleté. Au fur et à mesure que je mate sa jolie poitrine moelleuse, je sens que mon sexe durcit petit à petit, j’en ai même le gland qui mouille. À cet instant, je suis certain que la plupart de mes amis aurait déjà essayé de la séduire, alors que moi, j’essaye de montrer que je suis insensible. Mais je vois bien à son attitude qu’elle a remarqué mon petit manège, et cela n’a pas l’air de la déranger plus que ça. En même temps je me dis que si elle a mis un décolleté, c’est peut-être aussi parce qu’elle voulait me montrer une partie d’elle-même.

Il n’y a qu’une pièce qui ne m’a pas fait visiter, c’est sa chambre, et une fois que l’exposé est terminé, c’est justement la ou elle m’emmène. Elle me dit d’attendre car elle a envie d’aller aux toilettes, et naturellement j’en profite pour ouvrir un ou deux tiroirs de son armoire. Dans le premier il n’y a que des string, et dans le deuxième, un beau gode à la taille généreuse. Moi qui la pensais sérieuse, je suis vraiment surpris de cette trouvaille, lorsque subitement elle débarque dans la chambre et me vis avec ce gros objet entre les mains.

Je ne savais pas quoi dire, à mon avis je devais être ou bien rouge ou bien pâle, mais d’une couleur pas tout à fait normale. Elle me reprit le gode pour le replaceer dans le tiroir qu’elle referme aussitôt, et me demande de m’allonger sur le lit. Et une fois que je suis sur le dos, ne sachant pas très bien quoi faire de mes mains, Justine se penche langoureusement sur moi en me montrant sa jolie poitrine dans ce décolleté qui m’est offert. Elle remonte mon T-shirt, glisse ses mains sur mon torse, l’enlève, et remarque obligatoirement la grosse bosse au niveau de mon pantalon.

C’est ainsi qu’elle se frotte contre moi, me caresse, et me prend la main pour la glisser sous son petit haut. Moi qui est si timide, cette fois-ci je suis bien obligé d’aller de l’avant. Petit à petit je remonte mes mains sur sa poitrine, et je constate qu’elle en a effectivement une grosse moelleuse. J’en profite généreusement, c’est la première fois de ma vie que je peux caresser des gros seins pareils. Je suis un peu gauche, alors bout d’un moment, Justine se relève pour enlever son T-shirt, et me demande de lui retirer son soutien-gorge.

C’est la première fois de ma vie que j’ai sous les yeux à ma disposition gratuitement une poitrine si magnifique. Je me rapproche d’elle, l’embrasse, pendant que mes mains caressent son dos, et alors que je suis de plus en plus excité, je déboutonne son petit short pour le faire glisser le long de ses jambes. Elle est chaude comme la braise, fait de même avec mon pantalon, et me sort directement le sexe en érection. Je me surprends moi-même, car je ne l’ai jamais vu aussi gros est aussi gonflé, c’est dire donc à quel point je suis excité de la situation.

Tandis que je suis assis sur le rebord du lit, en train de contempler et de lécher ses gros seins qui me font toujours autant d’effet, elle entreprit de poser ses mains sur mon sexe et de me masturber. À cet instant, je me dis que cela va vraiment être difficile de résister, mais elle sait très bien y faire. Ce qui est fou, c’est que jusqu’à présent il n’y a eu aucun baiser entre nous. Pourtant, j’ai terriblement envie de lui prendre les lèvres, mais je dois également m’occuper de son corps qui est merveilleux. Alors tandis qu’elle le masturbe, je glisse une main le long de son pubis pour atteindre ses jolies lèvres légèrement velues, et je caresse son clitoris. Cela semble lui faire de l’effet, puisque son souffle s’accélère, son corps vibre, et ses mains font des va-et-vient de plus en plus fort autour de ma verge.

À cet instant, je comprends que je ne pourrais jamais lui faire l’amour, car je suis tout proche du point de non-retour. Justine frotte ses nichons contre ma bouche pour que je lui mange d’une manière animale, et tandis que le sperme monte de plus en plus fort dans mon engin, je n’en peux plus, et un premier gros jet de sperme sort de mon gland. Rien que ça, c’est déjà énorme, car j’en ai senti arriver jusque sur le haut de son buste, mais ce n’est pas terminé, une seconde saccade arrive dans la seconde qui suit, presque aussi volumineuse que la première, et je continue ainsi à éjaculer une troisième puis une quatrième fois. Mon corps tremble de tous les côtés, mais mains sont figées sur son corps, je continue ainsi à jouir. Elle n’a pas l’aire surprise de ce qui m’arrive, et il continue lentement à me branler alors que j’en ai mis partout. Le sperme coule sur son corps, mais aussi le long de mon torse, et elle en a forcément plein les mains. Là où elle va me surprendre un moment je ne m’y attends pas du tout, c’est qu’elle descend sur mon intimité et me prend l’engin avec sa bouche pour le nettoyer complètement. C’est incroyable, à ce moment-là je me rends compte que Justine n’est pas seulement la plus belle fille du lycée, mais peut-être également la plus salope.

Subitement, elle part dans la salle de bain, me laissant ainsi en plan. J’utilise le paquet de mouchoirs qui est sur son bureau pour m’essuyer, me rhabille tant bien que mal, et au moins cinq minutes plus tard, je la vis sortir de la salle de bain toute rhabillée également.

Je ne sais pas quoi dire, elle me demande de la suivre, me raccompagne vers la porte de la sortie, et me dis à demain.

Ce qui est fou, c’est qu’à partir de ce jour, elle a repris la même attitude qu’avant, sans me parler ni plus ni moins, et il ne sait plus jamais rien passer entre nous. Naturellement je n’en ai parlé à personne, car de toute façon on ne m’aurait pas cru ! Quand je repense aujourd’hui près de 20 ans plus tard, j’ai tout simplement l’impression que c’était l’expérience sexuelle la plus magnifique de ma vie.

Write A Comment